Cost Killing

Le cost-killing consiste à chasser les coûts pour produire un bien au prix le plus bas possible, afin de rester compétitif et/ou d’augmenter ses marges. Les principales sources de cost-killing est :

- La chasse au gaspillage d’énergie, de temps de travail… Une réorganisation optimale des chaînes de production, de l’utilisation de l’énergie est intéressant.

- La R&D. La recherche permet de faire mieux pour moins cher et moins polluant. Ainsi, proposer des pots de yaourt pesant deux fois moins qu’avant représente des économies sur les matières plastiques. Une nouvelle machine améliore la productivité des ouvriers…

- Transférer une partie du travail aux autres. Les caisses automatiques, le paiement des billets de train par borne automatique sont autant de manières de transférer une partie du travail au client et de faire ainsi diminuer les coûts

- Diminuer les coûts unitaires en renégociant les contrats, en transférant des unités de production là où la main d’œuvre est moins chère (exemple : 1 heure de travail ouvrier : France 20€ ; Pologne : 8€ : Chine 2€)

Pour cost-killer, le mieux est de prendre chaque coût et de savoir comment on peut l’améliorer, et ne pas hésiter à demander un avis extérieur à l’entreprise, de la part de consultants spécialisés par exemple. Passons maintenant à une étude de cas,sur Ryanair.

Etude de cas de cost-killing: Ryanair

Ryanair est un transporteur aérien en pleine croissance. Ne connaissant pas la crise, Ryanair est un modèle de rentabilité en dépit de ses tarifs très bas, proposant parfois des billets gratuits ou à un euro. Comment est-ce possible ? Ryanair chasse tous les coûts.

Optimiser le coût de l’avion

1) Ryanair a acheté un énorme volume d’avions durant la crise du trafic aérien (vers 2003-2004), à un moment où personne n’achetait d’avions. Bilan : un rabais monstre de 30% par Boeing par rapport au prix habituel, trop content d’obtenir une commande.

2) Ryanair ne dispose que d’un modèle d’avion. Les mécaniciens ne travaillant que sur un modèle d’avion, travaillent mieux et plus vite, donc moins cher.

3) Les avions, toujours en très bon état, peuvent voler un plus grand nombre d’heures que chez les concurrents. Les avions sont donc amortis plus vite.

Optimiser les autres coûts

1) Ryanair ne fait voler ses avions que depuis des aéroports secondaires (les avions ne partent pas de Paris mais de Beauvais…) pour payer très peu de taxes d’aéroports

2) Il n’y a aucun guichets Ryanair, toutes les réservations se font en ligne. Ryanair a donc beaucoup moins de dépenses de personnel administratif que les concurrents

3) Un système de gestion des prix optimise le taux de remplissage pour que le taux soit toujours proche de 100% contre 80% chez les concurrents. Comme un avion rempli entièrement ne coûte pas plus cher que s’il est rempli à 80%, Ryanair peut gagner plus en vendant des billets moins chers.

4) Aucune publicité payante n’est faite, la compagnie se contenant du bouche à oreille positif et des déclarations volontairement choquante du président qui souhaite faire parler de lui et de sa compagnie.

Proposer un service minimum

1) Le personnel de bord ne parle que l’anglais, comme cela, cela facilite la gestion du personnel, n’importe quel personnel de bord pouvant être remplacé par un autre

2) Des sièges petits, avec peu de places pour les jambes. Ainsi, plus de personnes peuvent monter dans l’avion

3) La nourriture à bord est payante pour les petits trajets (c'est-à-dire quasimment tous), tout comme le fait de mettre un bagage en soute. Cela permet de diminuer encore le prix de revient d’un billet

4) Les pilotes et hôtesses de l’air sont un peu moins payées que chez les concurrents, et surtout sont sous contrat irlandais, un contrat de travail avantageux.

Toucher des subsides

1) Des partenariats avec des prestataires (location de voiture…) sont vraisemblablement noués contre des commissions pour la compagnie aérienne

2) Des subventions de collectivités locales en échange d’un volume de touristes, pour dynamiser des régions anciennement en déclin (comme le Sud-Ouest de la France)

En clair, Ryanair transfère le travail administratif au client, limite au maximum le coût des avions en replissant à fond des avions qui ne coûte cher ni à l’achat, ni à l’entretien, ni en personnel de bord, ni en kérosène (le kérosène est amorti par un nombre plus grand de passagers), ni en taxes d’aéroport ne se posant que dans des petits aéroports. De plus, Ryanair gagne de l’argent sur tous les services externes et de ses prestataires…

De nombreuses entreprises se spécialisent dans le low-cost. Citons notamment Ryanair, mais aussi la compagnie SouthWest, Lidl, Aldi, Ventes-Privees.com, … C’est grâce au cost-killing que de nombreuses innovations ont été rendues accessibles au grand public…

Alors, n’hésitez pas à cost-killer en optimisant toutes vos activités à fond.

Des questions ? N’hésitez pas à nous contacter.