Le Cloud Computing : pour ou contre ?

Le Cloud Computing est à la mode en ce moment. Mais qu’est-ce donc que le cloud computing ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients d’un point de vue financier et de gestion de risque ? C’est ce que nous allons voir tout au long de ce dossier ;)

Méthode traditionnelle : l’utilisation sur la base « Machine »

Jusqu’à il y a pas si longtemps encore, l’unique moyen d’utiliser un logiciel était de l’installer au préalable sur votre ordinateur. L’unique moyen d’exploiter vos données (documents Word, tableurs Excel…) étaient de les stocker sur votre disque dur.

Dans ce mode d’utilisation, l’outil de travail est associé à une machine bien précise (contrainte physique). Si vous souhaitiez travailler depuis un autre ordinateur ou renouveler votre matériel informatique, vous devez utiliser des clés USB ou disques durs pour transférer vos données d’un support informatique à un autre.

Méthode récente : le Cloud

Au cours des dernières années, un nouveau paradigme est apparu. Au lieu de centrer l’utilisation de l’outil informatique autour d’une machine, le nouveau référentiel d’utilisation de l’outil informatique sera désormais l’utilisateur final. Concrètement, comment fonctionne le Cloud Computing? C’est assez simple :

- Au lieu de stocker vos données sur votre ordinateur, vos données sont stockées sur un serveur en ligne. Ainsi, vous avez accès à vos données depuis n’importe quel support informatique (ordinateur, tablette, smartphone…) et d’où que vous soyez du moment que vous avez accès à Internet.

Par ailleurs, le stockage en ligne évite les « doublons » au contraire des clés USB. Par exemple, vous travaillez sur une présentation sur votre ordinateur et souhaitez la continuer sur votre tablette le lendemain ? Pas de risque de tomber sur une ancienne version de votre présentation, le Cloud synchronique automatiquement vos données.

- L’autre corollaire du cloud, c’est l’utilisation des logiciels Saas (à la demande). Au lieu d’installer vos logiciels sur votre ordinateur, ce qui représente une perte de temps (installation du logiciel, mises à jour…), les logiciels sont désormais stockés sur des serveurs en ligne. Désormais, vous pouvez accéder à votre logiciels préférés depuis n’importe quel support informatique du moment que vous avez accès à Internet et que vous vous souvenez de votre login et de votre mot de passe.

Voici une image qui résume très bien ce qu’est le Cloud :

Nuage, Cloud
Source : Sam Johnston

A l’origine du Cloud

Pour comprendre les avantages et inconvénients du Cloud, réfléchissons déjà à la question « Pourquoi le Cloud se développe à grande allure ». Mettons nous à la place d’un éditeur de logiciel. Jusqu’ici, vendre un logiciel à installer sur une machine est un business model plutôt rentable en soi – comme l’atteste la fortune de Microsoft – mais présente un gros inconvénient : une fois installé, l’utilisateur peut l’utiliser indéfiniment dans le temps sans avoir à payer le moindre euro supplémentaire.

Dans le but de renouveler les ventes régulièrement, les éditeurs de logiciels ont donc l’habitude de sortir régulièrement de nouvelles versions de leurs logiciels. Le but ? Inciter les clients à repasser toutes les quelques années par le tiroir caisse pour pouvoir bénéficier des dernières versions de leurs logiciels préférés.

Cette technique est parfois efficace, mais souvent risquée (ex : flop de Windows Vista) et peut rebuter certains clients lassés de devoir repayer régulièrement l’éditeur de logiciel pour accéder aux dernières fonctionnalités du logiciel voulu. Pour cette raison, de plus en plus d’éditeurs sont passés d’un business model de vente de logiciels à la location de logiciel à la demande (Saas) basés sur le Cloud. Le principe est simple : par exemple, au lieu de payer 200€ une licence utilisateurs, on vous proposera de payer à la place que 10€ par mois.

Les avantages du Cloud

Le bilan ? Pour l’éditeur du logiciel, le Cloud s’avère fichtrement rentable. Au lieu de gagner une fois 200€, en payant 10€ par mois, l’éditeur s’y retrouve au bout de 20 mois et au delà, ce sera tout bénef.

Quant à vous:

- Le ticket d’entrée étant faible (10€ au lieu de 200€), vous hésiterez moins à utiliser le logiciel. Après tout, si vous n’aimez pas le logiciel, vous pouvez vous désabonner et n’aurez perdu que 10€ dans l’affaire contre 200€ si vous aviez acheté une licence utilisateur.
- Utiliser un logiciel de type « Cloud » est simple. Pas besoin d’espace disque, d’installer un logiciel et devoir gérer les mises à jour, le serveur Cloud hébergeant votre logiciel le fait à votre place (gain en coûts d’opportunités donc)

- L’utilisation du Cloud vous permet d’être plus efficace si vous travaillez de façon nomade (sur plusieurs supports informatiques) ou en mode collaboratif. Ainsi, si vous travaillez sur un projet de groupe, au lieu de multiplier les échanges d’emails avec le document de travail en pièce jointe (perte de temps et risque de travailler sur une vieille version du document, le Cloud vous permet de synchroniser votre travail en toute simplicité.

Ainsi, selon Coleman Parkes Research, si toutes les entreprises américaines utilisaient le Cloud, elles pourraient économiser chaque année plus de 26 milliards de dollars rien que grâce à l’amélioration du taux de disponibilité de l’outil informatique.

Les inconvénients du Cloud Computing

Pas d’à-coups de trésorerie, gain de temps et d’efficacité (synchronisation des données, pas besoin de vous tracasser l’esprit pour des raisons techniques), le Cloud Computing ne manque pas d’atouts. En revanche, comme toute chose dans la vie, le Cloud a également quelques inconvénients. Les voici :

- Dans le cadre d’une utilisation longue, le Cloud vous coûtera plus cher qu’utiliser un logiciel installé sur votre machine. Ainsi, si vous décidez de payer 10€ par mois un logiciel Saas plutôt qu’une licence à 200€, vous serez perdant si vous utilisez le logiciel plus de 20 mois… C’est aussi simple que cela.

- Risque technologique : C’est souvent quelque chose de méconnu du grand public, mais les prestataires du Cloud ont une obligation de moyens et pas d’objectifs.

Traduction : Si demain Microsoft faisait faillite, je pourrai toujours utiliser ma version de Microsoft Office installé sur mon ordinateur. Par contre, si vous utilisez une version Cloud de vos logiciels, en cas de faillite du prestataire de logiciels, vous pouvez potentiellement tout perdre (vos logiciels préférés, vos données…).

- Risque de sécurité : Edward Snowden l’a tristement rappelé lors de ses révélations concernant le RSA : toute donnée en ligne est susceptible d’être consultée par un organisme étatique (NSA aux Etats-Unis, Spyder en France…) que ce soit de façon légale ou pas. Par ailleurs, toute donnée en ligne est susceptible d’être utilisée à de mauvaises fins (hackers, concurrents accédant de façon illégale à vos documents confidentiels…)

Le Cloud n’est donc pas adapté à toute utilisation. Pour une utilisation confidentielle, rien de tel que de stocker vos données sur une clé USB qui ne sera connecté qu’à un ordinateur non relié au web…

Posez-vous les bonnes questions

Bref, avant de tout migrer vers le Cloud, posez-vous les bonnes questions à savoir quel est le rapport coût/bénéfices de migrer vers le Cloud, entre d’une part les gains de temps et d’efficacité liés au cloud, et d’autre part, le risque technologique, juridique et sécuritaire que cela induit. En fonction de ce travail d’analyse et de vos besoins informatiques, vous saurez quoi décider : Cloud ou pas Cloud.

Avantage et inconvénients du Cloud Computing

Cet article est désormais terminé. J’espère qu’il vous a plu et bonne visite sur atout-finance.com