Option

Ecrit par Argoul

Option = contrat donnant le droit (mais pas l’obligation) d’acheter ou de vendre un actif sous-jacent en quantité déterminée, à un prix déterminé et à une date déterminée. L’option d’achat est le call, l’option de vente le put. Des combinaisons d’options peuvent être achetées et vendues le même jour pour jouer les écarts à échéance (spread) ou les écarts de cours (stellage). Le marché des options est le Monep à Paris. Une option comporte une échéance (mensuelle, trimestrielle ou semestrielle), un prix d’exercice (prix fixé pour l’achat ou la vente du support à l’échéance) et une quotité (le nombre d’actions que permet d’acheter ou de vendre l’option). Le prix d’achat ou de vente d’une option s’appelle la prime. Celle-ci disparaît à l’échéance mais varie selon l’effet de levier de l’option sur la durée, d’autant plus forte que l’espérance de gain est forte. A l’échéance, l’acheteur peut exercer son option (acheter ou vendre le support au prix d’exercice) ou abandonner son option (perdant la prime initialement versée). Sur la vie de l’option, il peut à tout moment sortir sur le marché, au prix qui varie à tout moment de la prime. L’utilisation des options sert à : l’assurance de portefeuille (couverture par spreads), l’ajustement au risque voulu (balance quotidienne du total investi par achat ou vente de futures sur indice pour ne pas dépasser l’objectif, call spread ou stellage neutre en options), l’élimination d’un secteur dans un indice global (vente de futures sur l’indice sectoriel), la couverture à la baisse d’un secteur sensible (tunnel baissier ou collar), la recherche de rendement sous contrainte de détenir les titres (vente de call, stellage - appelé straddle en anglais -, vente de strangle), l’achat de volatilité en marché survendu (call ou put backspread), enfin la création de produits synthétiques pour des gestions spécialisées (monétaire, convertibles). Considérées comme « spéculation », les gains sur les options sont fiscalisées en France au premier euro sans abattement.