Ordre stop

Un ordre stop (plus connu sous sa dénomination anglo-saxonne « stop-loss ») est la possibilité de vendre automatiquement une action passé un certain seuil que l’on aura prédéfini. L’ordre stop permet de se prémunir contre tout changement de tendance impromptu et rapide.

Par exemple, si vous avez 10 lignes d’action valant chacune 10% de votre portefeuille boursier (10 lignes de 5000€ par exemple) et désirez limiter votre risque à 1% de votre portefeuille, il vous faut placer un stop à –10%. Ainsi, si un de vos titres est côté 200€ (vous en avez donc 25), en mettant un stop à 180€, vous limitez vos pertes à 500€, soit 1% de votre portefeuille qui vaut en tout 50 000€. Cela signifie que si l’action baisse, elle sera automatiquement liquidée à 180€. L’ordre stop peut aussi être utilisé pour l’achat à découvert, pour prémunir l’investisseur d’une hausse des cours qui pourrait le ruiner…

A quel niveau fixer ses ordres stop ?

La difficulté consiste à savoir placer son ordre stop : certains choisissent de le positionner à un pourcentage du cours d'achat (x %) ou d'utiliser une moyenne mobile courte (5, 10, 20, voire 30 jours). Par exemple, vendre si le cours franchit à la baisse la MM20. Pour fixer un stop, il faut aussi prendre en compte sa stratégie (long-terme/court-terme), son aversion au risque, la volatilité du cours… et choisir un bon compromis : un ordre stop trop bas (exemple : -50%) perd son intérêt. Trop haut (exemple : -0,5%) cela ne sert à rien et risque de vous faire perdre en frais de courtage en multipliant les allers et retours… Enfin, l’ordre stop dépend aussi de la valeur de son portefeuille et de diversification. Si vous acceptez un risque de 1,5% et que vous avez 20 lignes dont chacune représente 5% de votre portefeuille, vous pouvez vous permettre de fixer un stop jusque –30% (1,5*20). Si vous n’avez que 5 lignes de 20% chacune, votre limite de stop sera ici –7,5% (1,5*5).

Article complémentaire : Money management